Bilan du L.I.R.L. (période 2006 - 2010)

réalisé dans le cadre du rapport quadriennal du LAS


Composition de l’équipe

 

Le L.I.R.L. se compose en 2010 de 7 membres permanents, dont les champs d’intérêt scientifique sont divers. Ils sont cependant fédérés autour d’un même modèle d’analyse, évoqué ci-dessus. Ils relèvent à présent tous de la même section C.N.U. (7ème section : sciences du langage), 6 d’entre eux faisant partie du département « Sociologie et Sciences du Langage » auquel participent également les autres membres du L.A.S. ; ils y constituent la filière « langage ». Une autre collègue exerce dans le département de lettres : très prise par l’enseignement aux concours, notamment d’agrégation, mais surtout par une Vice-présidence à la formation, elle ne peut malheureusement pas consacrer grand temps à la recherche.

Professeurs : DUVAL Attie, LAISIS Jacques, QUENTEL Jean-Claude, GUYARD Hubert

MCF : BEAUD Laurence, De GUIBERT Clément, GABORIEAU Patrice, MENAGER Nicole.


Une méthode clinique au service d’une anthropologie

La méthode clinique fonde une approche expérimentale du comportement langagier envisagé dans toutes ses dimensions : elle a trouvé historiquement son premier point d’appui dans l’étude des pathologies neurologiques (d’abord de l’aphasie, puis d’autres domaines). Elle s’est ensuite élargie à des pathologies d’origine psychiatrique, lesquelles mettent en évidence, à travers des troubles distincts, des processus totalement différents qui intéressent à la fois le champ de la psychologie et celui de la sociologie. Ces processus sont en œuvre dans le langage, mais ils le débordent très largement et renvoient entre autres à des lois psychologiques et sociologiques.
La clinique, aussi bien donc neurologique que psychiatrique, a l’intérêt, non seulement de dissocier les processus, mais d’obliger à comprendre que des troubles qui s’observent DANS le langage ne sont pas toujours des troubles DU langage — au sens où ils trouveraient dans le langage lui-même leur explication. Ainsi, pour rendre compte de certains troubles, il faut faire appel à une causalité d’un autre ordre qui fait intervenir la problématique de l’altérité, ou, plus largement, du social. Ce sont ces travaux, relevant en fin de compte d’une « anthropologie clinique », qui ont conduit Jean Gagnepain à élaborer un modèle théorique original qu’il a appelé « théorie de la médiation ». Ce modèle propose, à travers un cadre cohérent et fortement structuré, une « déconstruction » de la raison humaine qu’il n’est précisément plus possible de réduire au langage, ainsi que la pathologie nous oblige à le saisir.  La forte cohérence interne que ce modèle présente permet aux membres de l’équipe du LIRL de constamment dialoguer entre eux par-delà les différences d’objets d’étude et d’enrichir mutuellement leurs travaux. En même temps, le dépassement des cloisonnements disciplinaires que le modèle autorise permet aux chercheurs du L.I.R.L., non seulement de dialoguer avec des collègues de disciplines différentes, sociologues, également psychologues (pour ne parler que de ces deux disciplines fondamentales à l’intérieur des sciences humaines), mais encore de s’associer véritablement à leurs travaux.

Par ailleurs le L.I.R.L. entretient des rapports importants avec des universités françaises et même européennes (notamment belges – avec Louvain-la-Neuve et Namur). Il a tissé un réseau de relations avec nombre de chercheurs se réclamant du même modèle théorique que lui.


Bilan de l’activité scientifique

 

À l’intérieur du L.A.S., les programmes de recherches du L.I.R.L. pour le plan quadriennal 2007-2011 portaient sur 5 questions essentielles :

1) L’étude des dysfonctionnements culturels adultes à partir du langage
Ce champ de recherche est traditionnellement celui qui engage le plus les chercheurs du L.I.R.L. La collaboration avec le service de neurologie du C.H.R.U. de Rennes date d’une cinquantaine d’années. Ce service est aujourd’hui dirigé par le Pr Gilles Edan et la collaboration avec le LIRL est officiellement encadrée par une convention de recherche entre l’Université de Rennes 2 (à travers le L.I.R.L., seul laboratoire de Rennes 2 à travailler avec le C.H.R.U.) et le C.H.R.U. de Rennes. Cette convention concerne également le service de Rééducation Fonctionnelle qui héberge le Centre de Référence pour les Troubles Sévères du Langage et des Apprentissages chez l’Enfant (dont le responsable est le Dr C. Allaire). Le L.I.R.L. est en outre membre titulaire du pôle Neurosciences cliniques de Rennes, pôle regroupant de très nombreuses équipes rennaises du C.H.R.U. et extérieures au C.H.R.U. Ce pôle neurosciences (coordonnateurs : Pr G. Edan et G. Brassier) est porteur d’objectifs en termes de soins, de recherche et d’enseignement.
Parmi les travaux produits dans le cadre de ce premier axe de recherches, on mentionnera surtout la réalisation par Attie Duval, en collaboration avec des collègues belges de Louvain-la-Neuve et de Namur (chercheurs associés au LIRL), d’un ouvrage, assorti d’un DVD vidéo, paru en 2006 aux Presses Universitaires de Namur (Brackelaire et al.). Cet ensemble se propose à la fois comme un bilan scientifique de la recherche en aphasiologie et comme un document de formation pour les médecins et rééducateurs travaillant dans ce domaine. A. Duval, toujours, associée à C. Le Gac, a produit en 2007 un article, initialement destiné aux orthophonistes, qui réinterroge la pratique du bilan et ses fondements. Attie Duval, encore, a produit un article qui paraîtra en 2010 sur « Le monde de l’aphasique et le monde de l’atechnique ».
P. Gaborieau a proposé en 2006 une réflexion sur la modélisation en clinique à partir d’un cas d’aphasie – atechnie. En 2010, il a dirigé un numéro de la revue Tétralogiques consacré plus particulièrement à la technique et notamment à son approche clinique. Il a réalisé dans ce numéro un article de présentation qui dessine les nouvelles perspectives qui s’offrent à l’ergologie, c’est-à-dire au registre de la technique, à partir surtout de considérations cliniques.
Enfin, Hubert Guyard et Jean-Yves Urien ont réalisé en 2006 un article synthétique paru dans la revue Le Débat intitulé « Des troubles du langage à la pluralité des raisons ». Dans cet article, destiné à un large public cultivé, ils montrent comment la clinique, notamment neurologique, oblige à dissocier dans le langage des « raisons » différentes, c’est-à-dire des registres de processus distincts dès lors qu’ils sont cliniquement autonomisables.
Les chercheurs du L.I.R.L. ont également continué de travailler avec le centre Guillaume Régnier (ex. C.H.S. de Rennes). Sur ce terrain d’observation, ce ne sont plus des troubles neurologiques qui sont pris en compte pour l’analyse des dysfonctionnements culturels, mais des troubles de nature psychiatrique, toujours dans le même objectif d’une déconstruction clinique des comportements humains. Ces travaux ont donné lieu à publications dans des revues reconnues comme L’information psychiatrique (Guyard et coll., 2006). En 2009, H. Guyard et C. de Guibert ont traité dans un chapitre d’ouvrage la question du rapport de la langue et de la psychose.
Le L.I.R.L. a par ailleurs ouvert, avec Hubert Guyard, un champ de recherches original autour de la douleur — la douleur migraineuse, mais aussi les douleurs entraînées par une sclérose en plaques, ou par un accident vasculaire cérébral — à partir d’une collaboration dans le cadre de la consultation hospitalière spécialisée sur la douleur (C.H.R.U.). Ces travaux, qui dissocient dans l’expression de la douleur différents processus, ont donné lieu à des publications dans des revues spécialisées reconnues (2005, 2006). Enfin, en 2009 est paru aux Presses Universitaires de Rennes un gros ouvrage d’Hubert Guyard intitulé La plainte douloureuse.

2) L’étude des dysfonctionnements culturels chez l’enfant
Les chercheurs du LIRL ont continué à travailler la question des modalités dialogiques des interactions verbales et non verbales dans des situations de non-réciprocité apparente, plus particulièrement dans la relation avec des enfants autistes. Les travaux engagés par L. Beaud et C. de Guibert, sur les modalités d’échange ou de non-échange langagiers chez les enfants autistes ont débouché sur des réflexions de fond sur l’autisme et son fonctionnement. Cette question est, on le sait, très débattue aujourd’hui, aussi bien scientifiquement que socialement, dans les implications que cela suppose.
Un article a notamment paru dans l’importante revue Psychiatrie de l’enfant. Un autre article sur l’écholalie de l’enfant autiste, de L. Beaud est paru en 2010 dans une autre grande revue de psychiatrie de l’enfant, Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence. J.-C. Quentel a de son côté travaillé la question de la langue maternelle chez le très jeune enfant et chez l’enfant psychotique (à paraître, 2010).

Laurence Beaud, Clément de Guibert, Hubert Guyard et Jean-Claude Quentel ont continué à travailler avec le Centre de Référence sur le Langage et les apprentissages du C.H.R.U. de Rennes. Ce centre reçoit essentiellement une population d’enfants présentant des troubles du langage oral et du langage écrit. Cette consultation est l’occasion de faire valoir la « déconstruction » du langage que le modèle de la médiation a depuis longtemps éprouvée au niveau des pathologies de l’adulte. Elle est aussi un lieu privilégié pour travailler la fameuse question, très actuelle, de la « dysphasie ». Un important article sur le « syndrome sémantique – pragmatique » (Beaud, de Guibert, 2009) a été publié dans La psychiatrie de l’enfant. J.-C. Quentel a vu dans ces troubles de quoi faire réfléchir le psychologue en milieu scolaire sur la différence entre la demande sociale et la réalité clinique, lors d’une communication aux Journées annuelles des psychologues en milieu scolaire d’Ile de France et à travers un travail paru dans un ouvrage collectif (Masson, 2007).
Surtout, un chercheur du L.I.R.L. (C . de Guibert) a obtenu pour 2 ans (2006-2008) une délégation auprès de l’Unité 746 Visages, unité INSERM - CNRS - INRIA - Université Rennes I (responsable : Christian Barillot. Composante de l’UMR 6074 IRISA - http://www.irisa.fr/activites/equipes/visages). Le domaine de recherche de cette unité est la neuro-imagerie médicale. Le projet Visages s’organise en partenariat avec des professionnels du C.H.U. de Rennes et de l’Université Rennes I. L’étude faisant l’objet de la délégation s’inscrit dans le cadre général des neurosciences et de la neurolinguistique, de la recherche des relations entre anatomie et fonctions cérébrales. Le domaine concerné est la connaissance des aires corticales impliquées dans les processus langagiers (cartographie des aires langagières). Plus précisément, il s’agissait d’explorer à l’aide de l’IRMf les corrélats anatomiques d’une pathologie développementale spécifique du langage chez l’enfant (la dysphasie) dont l’origine reste largement méconnue. L’objectif à plus long terme est l’acquisition d’une compétence dans le domaine de l’Imagerie morphologique et fonctionnelle et la poursuite de recherches dans le domaine des corrélations anatomo-fonctionnelles du langage dans ses aspects spécifiques et non spécifiques.
Un premier article issu de cette étude va paraître dans une revue internationale reconnue (Guibert et al., 201, NeuroImage, IF 5,7). Cette délégation et cette collaboration se traduisent notamment par le fait que C. de Guibert dirige actuellement deux contrats de recherche nationaux en cours sur les dysphasies développementales et qu’il participe à un autre sur la question de l’épilepsie.

3) Le statut spécifique de l’enfant et la relation parent - enfant
À partir de la dissociation opérée entre l’accès à la grammaticalité (ou capacité de langage) et l’apprentissage de la langue (dans une interaction), il est possible de tirer des conclusions plus approfondies sur le rapport de l’enfant à la Raison et sur son statut. Le modèle théorique qu’utilisent les chercheurs du L.I.R.L. permet ainsi de rendre compte à la fois des compétences de l’enfant, identiques en leur principe à celles de l’adulte, et de sa spécificité, donc de sa différence par rapport à l’adulte.
C’est ainsi qu’un membre du LIRL a réalisé l’article répondant à l’entrée « Enfant (statut de l’) » dans le Dictionnaire critique des sciences humaines paru aux PUF (Quentel, 2006). Un opuscule de 62 pages synthétise le problème : paru à 12000 exemplaires distribués gratuitement en Belgique et disponible sur internet, il a donné à ces travaux une large portée (Quentel J.-C., 2008). S’y ajoutent un court travail (Quentel, 2006) et plusieurs communications ou conférences. Les recherches sur ce thème font toujours l’objet d’échanges féconds avec le philosophe Marcel Gauchet et l’équipe qu’il a réunie autour de lui dans le cadre de l’E.H.E.S.S. Un article paru en 2009 résume les résultats de ces échanges entre les deux équipes (Quentel). Ces travaux ont également été discutés avec l’équipe des philosophes de la Sorbonne (EA Rationalités contemporaines) et du Collège de Philosophie, équipe avec laquelle a été élaborée une réponse à un projet ANR sur l’enfance (qui a impliqué également une EA de sciences de l’éducation de Caen), projet qui n’a malheureusement pas été retenu.
Les implications de telles recherches sont multiples dans le champ de l’éducation. Deux articles interrogent les conséquences de ce qu’on appelle « l’individualisme contemporain » sur l’éducation de l’enfant au regard de son statut anthropologique (Quentel, 2005, 2009). Dans des domaines plus particuliers comme celui de la justice se pose par exemple avec acuité la question du « discernement » de l’enfant et de la valeur de sa parole. Un colloque sur la garde alternée a été ainsi l’occasion de faire le point sur ces notions (Quentel, 2006). On touche parallèlement à la question de l’adolescence, dont précisément l’enfance se distingue : un article a été produit sur ce thème dans la revue L’école des parents — qui consacre un numéro hors série à cette question (2008) et un autre dans une revue grand public (2007).
Ces considérations sur le statut de l’enfant vont de pair avec une réflexion sur ce qu’on nomme aujourd’hui la « parentalité ». La réédition d’un ouvrage sur la question en 2008 a été l’occasion de réinterroger ce concept dans une nouvelle préface. 2 articles parus dans des ouvrages collectifs (chez Érès), à partir de communications à des congrès nationaux sur la parentalité, précisent la question de la responsabilité des parents (Quentel, 2008), ainsi que celle des principes anthropologiques qui fondent la famille (Quentel, 2006). Ce thème de la parentalité, particulièrement d’actualité, a donné lieu à de nombreuses communications dans des cadres et des lieux divers (CREAI, Instituts régionaux de travail social, pôle pédo-psychiatrie, centres de ressource enfance, etc.).

4) Le fonctionnement grammatical et sémantique
Les recherches menées dans le cadre du L.I.R.L. sur le fonctionnement langagier sans référence directe à la clinique ont surtout été menées par Jean-Yves Urien qui a pris sa retraite en 2008.
En 2006, J.-Y. Urien s’est interrogé sur les notions de description et d’explication : il les a approfondies du point de vue sémantique et a visé à rendre compte du rendement de cette opposition dans le cadre du raisonnement sociologique. Il s’est aussi intéressé à une question qui a beaucoup fait réfléchir les chercheurs, aussi bien en sciences du langage qu’en sociologie ou en psychologie, en l’occurrence la question du nom propre. Il l’a traitée à la fois dans sa dimension proprement grammaticale et conceptuelle et dans son recoupement avec la dimension sociologique (2010). Enfin, il a repris une autre question qui a également retenu bien des linguistes : il a cherché à comprendre d’une nouvelle façon ce que la linguistique dite « générale » pouvait avoir de général (2010).

5) L’épistémologie des sciences humaines
Jacques Laisis a creusé les conséquences de l’abandon de la dénomination disciplinaire de « linguistique » au profit de celle de « sciences du langage » et explicité les remaniements qu’une telle évolution suppose, le passage au pluriel du terme de « science » résumant à lui seul les difficultés épistémologiques rencontrées (2006). Il a notamment montré de quelle manière l’objet que la linguistique se donnait occultait des déterminismes qui relevaient d’autres disciplines (sociologie, mais aussi psychanalyse) et a précisément réinterprété les déterminations implicitement à l’œuvre dans l’élaboration de ce qui s’est appelé « linguistique ». L’évolution des sciences du langage n’est pas, montre-t-il, sans réinterroger les rapports que les sciences humaines entretiennent entre elles, à partir de la question du langage, réalité qui n’a rien d’homogène, mais également au-delà de cette seule question. La théorie de la médiation offre précisément un cadre cohérent d’analyse pour penser ces rapports et les faire fructifier.
L’équipe du L.I.R.L. a par ailleurs été mobilisée par l’élaboration d’un gros dossier de plus de 80 pages paru dans la revue « Le Débat » de mai-septembre 2006. 5 de ses membres ont contribué à ce dossier qui présente le modèle de la médiation. Un article, notamment, traite des fondements anthropologiques du lien social, tels que la théorie de la médiation permet de les appréhender à partir de la clinique et des dissociations qu’elle fonde (Quentel, Laisis).
J.-C. Quentel a par ailleurs publié en 2007 chez Érès un ouvrage sur les fondements des sciences humaines.

Rappelons enfin que le L.I.R.L. a organisé en 2006 un colloque d’Anthropologie Clinique qui a rassemblé des chercheurs français et étrangers (200 participants) sur le thème de la description et de l’explication dans les sciences humaines, colloques auquel ont participé plusieurs chercheurs du » L.I.R.L. Les actes de ce colloque ont été rassemblés dans un numéro de la revue « Tétralogiques » (n° 17, 2006, sous la responsabilité d’A. Duval, qui y a également produit un article). « Tétralogiques » est la revue publiée par le L.I.R.L. ; elle s’est dotée d’un comité scientifique comportant notamment 3 universitaires étrangers (belge, allemand et américain).



Publications

Ouvrages

- Brackelaire J.-L., Duval A., Giot J., Le Gac C., Meurant L. (2006), Les mots se regardent. Initiation à un questionnement clinique sur le langage en sciences de l’homme, Transhumances VI, Presses Universitaires de Namur.
Guyard H. (2009), La Plainte douloureuse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes 2.
- Quentel J.-C. (2007), Les fondements des sciences humaines, Toulouse, Érès, , 262 pages.
- Quentel J.-C. (2008), Le parent. Responsabilité et culpabilité en question. Bruxelles, De Boeck Université, 2001, Collection Raisonnances, 262 pages, 2ème éd.
- Quentel J.-C. (2008), L’enfant n’est pas une « personne », Bruxelles, Yapaka.be, , Collection Temps d’arrêt, 62 pages.


Direction d’ouvrages

Gauchet M., Quentel J.-C. (2009), Histoire du sujet et théorie de la personne. La rencontre Marcel Gauchet - Jean Gagnepain, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.


Chapitres d’ouvrages

Guyard H., de Guibert C. (2009), « Langue, pouvoir et politique au regard de la schizophrénie et de la paranoïa », in : Gauchet M., Quentel J.-C. (dir.), Histoire du sujet et théorie de la Personne. La rencontre Marcel Gauchet - Jean Gagnepain, Presses Universitaires de Rennes, p.175-190.
- Hugot J-P. (2006), « Forme de l'événement, formes du récit », in F. Daviet-Taylor (Dir.), L'événement, formes et figures, Presses de l'Université d'Angers, p. 65 à 82.
- Quentel J.-C. (2006), « Transformations familiales et fondements anthropologiques », in D. Coum, La famille change-t-elle ?, Toulouse, Erès, p. 65-88.
- Quentel J.-C. (2006), « Enfant (statut de l’) », in S. Mesure et P. Savidan, Le dictionnaire critique des sciences humaines, Paris, PUF, p. 374-375.
- Quentel J.-C. (2006), « Théorie de la médiation », in S. Mesure et P. Savidan, Le dictionnaire critique des sciences humaines, Paris, PUF, p. 1169-1170.
- Quentel J.-C. (2007), « Le psychologue en milieu scolaire entre demande sociale et réalité clinique », in Guillard S., Adaptation scolaire. Un enjeu pour les psychologues, Paris, Elsevier-Masson, p. 245-258.
- Quentel J.-C. (2008), « La responsabilité des parents en question », in D. Coum, Que veut dire être parent aujourd’hui ?, Toulouse, Érès, p. 27-51.
- Marinopoulos S., Quentel J.-C. (2008), « Parents – enfants : pourquoi l’amour ne suffit pas », in D. Coum, Que veut dire être parent aujourd’hui ?, Toulouse, Érès, 2008, p. 215-243.
- Quentel J.-C. (2009), « Marcel Gauchet et la médiation : une même préoccupation anthropologique », in Gauchet M., Quentel J.-C., Histoire du Sujet et théorie de la Personne. La rencontre Marcel Gauchet – Jean Gagnepain, Rennes, PU Rennes, p. 51-69.
- Quentel J.-C. (2009), « L’enfant et l’éducation chez Marcel Gauchet et chez Jean Gagnepain », in Gauchet M., Quentel J.-C., Histoire du Sujet et théorie de la Personne. La rencontre Marcel Gauchet – Jean Gagnepain, Rennes, PU Rennes, p. 215-237.
- Quentel J.-C. (2010), « Qu’est-ce qu’un enfant », in El Haggar N., L’enfant, L’Harmattan, à paraître.
- Quentel J.-C. (2010), « Pour une approche anthropologique de la traduction », Publications de la Chaire Ben Ali, Tunis, à paraître.


Articles dans des revues à comité de lecture

- Beaud L., Cahagne V., Guyard H. (2008), « Alors, comment allez-vous ? Entrée en matière dans une consultation médicale », Langage et Société, n°126, 57-74.de Guibert C. (2006).
- Beaud L., De Guibert C. (2009), « Le syndrome sémantique-pragmatique : dysphasie, autisme ou “dysharmonie” ? », Psychiatrie de l’enfant, Volume 52, 1, 89-130.
- Beaud L. (2010), « L’écholalie chez l’enfant autiste : un trouble pragmatique de l’unité interactionnelle ? », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence (In Press).
- De Guibert C. (2006), « À propos de la langue et de l’altérité : Une observation clinique de “trouble de la mémoire sémantique” », Langage et inconscient, 2, 78-100.
- De Guibert C., Maumet C., Ferré J.-C., Jannin P., Biraben A., Allaire C., Barillot C., Le Rumeur E. (2010), « FMRI language mapping in children: a panel of language tasks using visual and auditory stimulation without reading or metalinguistic requirements », NeuroImage, 2010, À paraître. http://dx.doi.org/10.1016/j.neuroimage.2010.02.054. [NeuroImage : revue internationale avec facteur d’impact 2010 de 5.6]
- Duval A. (2006), « Si je puis dire », Tétralogiques, 17, Description et Explication dans les sciences humaines, p. 9-13, PUR.
- Duval A. (2010), « Le Monde de l’aphasique, le monde de l’atechnique », Tétralogiques, 18, à paraître.
- Gaborieau P. (2006), « Savoir et modélisation en clinique. À propos d’un cas d’aphasie-atechnie »,Tétralogiques, 17, P.U.R., pp. 137-148.
- Gaborieau P. (2010), « Nouvelles perspectives en ergologie », Tétralogiques, 18, P.U.R. (à paraître).
- Guyard H., Cahagne V. (2006), « Descriptions de la douleur quatre fois contraintes », Douleur et analgésie, 1, p. 13-20.
- Guyard H., Le Borgne R., Morin M., Marseault F. (2006), « Mesure et démesure de la responsabilité. À propos d’un cas clinique de schizophrénie », L’information psychiatrique, 82, p. 595-604.
- Guyard H., Urien J.-Y. (2006), « Des troubles du langage à la pluralité des raisons », Le Débat, 140, p. 86-105.
- Hugot J.-P. (2006), « Une nouvelle compétence pour les collectivités territoriales », Constructif, 13, Patrimoine bâti préserver, transformer ou détruire ?, FFB éditeur, 9, rue La Pérouse, 75784 Paris cédex.
- Hugot J.-P. (2006), « Pourquoi une Fondation du Patrimoine ? », La Pierre d'Angle (publication de l'Association Nationale des Architectes des Bâtiments de France).
- Laisis J. (2006), « De Pierre Perret à Jean Yanne », Tétralogiques, 17, p. 99-135, PUR.
- Quentel J.-C. (2006), « L’enfant et la Raison », Les nouvelles d’Archimède, 41, p. 4-6, Université de Lille.
- Quentel J.-C., Duval A. (2006), « L’autonomisation de l’éthique », Le Débat, 140, p. 106-125.
- Quentel J.-C., Laisis J. (2006), « Le lien social et ses fondements », Le Débat, 140, p. 126-138.
- Quentel J.-C. (2008), « Le paradoxe de l’humain », Le Débat, 152, novembre-décembre, p. 136-141.
- Quentel J.-C. (2009), « Plus qu’un corps », Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire, p. 13-21.
- Quentel J.-C. (2010), « Grammaticalité et langue maternelle : du nourrisson à l’enfant psychotique », Tétralogiques, 18, P.U. Rennes 2. À paraître.
- Quentel J.-C., Beaud L. (2010), « La déconstruction du langage à travers la théorie de la médiation », Al-lisaniyyat, revue de linguistique, Alger, à paraître.
- Urien J-Y. (2006), « Expliquer et décrire. Statut sémantique et application au raisonnement sociologique », Tétralogiques, 17, Expliquer et décrire en Sciences Humaines, p. 35-63. PUR.
-Urien J.-Y. (2009), « La Personne dite. Le nom propre au regard de la théorie de la médiation », in Gauchet M. & Quentel J.-C., Histoire du sujet et théorie de la Personne, Rennes, PUR, p. 191-213.
- Urien Jean-Yves (2010), « Qu’a de “générale” la linguistique générale ? » [à paraître] Tétralogiques, 18, PUR.


Articles publiés dans des actes de colloque

- Duval A,, C. Le Gac C. (2007), « Le bilan : qu’est ce qui s’y compte ? D’une évaluation chiffrée à une méthodologie d’observation », Entretiens de Bichat. Entretiens d’Orthophonie. 2007, p. 107-125, FOF, Paris.
- Quentel J.-C. (2006), « La parole de l’enfant. Le statut de l’enfant au regard d’une approche anthropologique », Actes du Colloque « Résidence alternée. Quels constats ? Quels enjeux ? », organisé à Rennes, le 18 novembre 2005 par la CAF d’Ille-et-Vilaine, p. 41-61
- Quentel J.-C. (2006), « Professionnels et parents : de l’importance de la dénomination du trouble », Journée d’étude "L’éducation aux limites du soin", CREAI Poitou-Charentes, La Rochelle, 21 novembre 2006, p. 8-28.
- Quentel J.-C. (2007), « Grammaire, langue et bilinguisme chez l’enfant », in In mehreren Sprachen leben. Literaturwissenschaftliche, sprachdidaktische und sprachwissenschaftliche Aspekte der Mehrsprachigkeit », Actes du Colloque organisé par le DAAD à Bordeaux en 2005, p. 129-152. Publié également sur internet le 05.01.2007 http://ubt.opus.hbz-nrw.de/volltexte/2007/394/.
- Quentel J.-C. (2010), « Langage et sciences humaines », FOF, Actes des Journées d’étude « Science et pratique orthophonique », 19 et 20 septembre 2008, à paraître.


Articles publiés dans des revues sans comité de lecture

- Quentel J.-C. (2008), « L’adoption, principe même de la parentalité », Les Carnets de Parentel, 28, mai, p. 43-46.
- Quentel J.-C. (2008), « L’adolescence : une nouvelle place à définir. L’attente d’être jeune », L’école des parents, 573, Hors série, sept., p. 6-8.
- Quentel J.-C. (2009), « Petit homme ou petit homme ? Le statut de l’enfant », Cahiers de Regards Cliniques, Cahier n° 79, 2009 (C.H.S., 229 bd. Paul Lintier, 53100 Mayenne).

 

Critiques d’ouvrage

- Guyard H. (2007), « Jean-Claude Quentel, Les fondements des sciences humaines, Érès, 2007 », Le Portique [En ligne], 5-2007 | Recherches, Recensions, mis en ligne le 19 décembre 2007. URL : http://leportique.revues.org/index1563.html


Publications de valorisation de la recherche

- Bonjour, E., De La Haye, F., Gombert, J-E., Marec-Breton, N. & Ménager, N. (2007), « Outils d’évaluation-diagnostique des difficultés de lecture, destinés aux élèves genevois du primaire, du cycle d’orientation et de l’enseignement secondaire post-obligatoire », CRPCC, Université Rennes 2.
- Gombert, J-E., Bonjour, E., De La Haye, F., Marec-Breton, N. Ménager, N., Picot, F., Sensevy, B. & Stievenard, C. (2010), « Croque-Lignes : méthode de lecture CP. », Paris, Nathan.
- Quentel J.-C. (2007), « Vertige de la mue (L’adolescence ou l’émergence de la crise) », Philosophie Magazine, 10, juin, p. 45.


Publications de Doctorants

- Gendron C. (2008), « Dis-moi comment tu t'appelles… », Langue, littérature et études culturelles, Vol.1-2, Military Technical Academy Publishing House, Bucarest, p. 389-402.
- Gendron C. (2010), « Façons de dire… son territoire », Revue ABA, n°1, Université de Douala, Cameroun (à paraître).
- Gendron, C. (2010), « La musique comme lieu d’inscription de la mémoire - L’exemple du rap français », Conserveries Mémorielles, Université de Laval, Québec (à paraître).
- Goasmat G. (2008), L’intégration sociale du sujet déficient auditif. Enjeux éducatifs et balises cliniques, Paris, L’Harmattan.
- Goasmat G. (2008), « De la iatrogénie des dépistages “précocissimes” des surdités », Le Journal des psychologues, 254, février, p. 6.
- Goasmat G. (2008), « L’intégration sociale du sujet défient auditif. Entretien avec F. Seignobos », Connaissances Surdités, 26, pp. 31-34.
- Goasmat G. (2006), « Eléments pour un héritage et une rénovation de la militance chez les psychologues cliniciens », Psychologues & Psychologies, 168/1, février, p. 54-58.
- Goasmat G. (2006), « L’intégration sociale des enfants sourds », Le Journal des psychologues, 236, avril, p. 54-59.

 

Colloques scientifiques internationaux

En tant que conférencier invité
- Ménager, N. (2007), « De la graphie à l’ortho-graphie. Analyse linguistique des obstacles à la maîtrise du système d’écriture », Colloque international : « L'élève en difficulté scolaire : que peut apporter la psychologie ? », Tunis, 1-3 mars 2007.

En tant que conférencier
- Duval A. (2005), « Si je puis dire », communication au 7ème Colloque International d’Anthropologie Clinique, Expliquer et décrire en Sciences Humaines, Université de Rennes 2, septembre 2005.
- Gaborieau P. (2005), « Savoir et modélisation en clinique. À propos d’un cas d’aphasie-atechnie », 7e Colloque d’Anthropologie clinique, « Description et explication dans les sciences humaines », université Rennes 2, 22-23 septembre.
- Quentel J.-C. (2005), « Logique, usage et situation de bilinguisme chez l’enfant », communication au Fachseminar “Mehrsprachigkeit - In zwei Sprachen leben” (17 - 20 mars 2005), organisé par le DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst), Bordeaux, le 19 mars 2005.
- Quentel J.-C. (2008) « Les apports de la clinique à la linguistique contemporaine », Communication au Colloque « Les travaux scientifiques du professeur Abderrahmane Hadj Salah et la linguistique contemporaine », Alger, 3-4 juin 2008 (Algérie).

 

Conférencier invité dans des manifestations scientifiques internationales

- Quentel J.-C. (2008), « Pour une approche anthropologique de la traduction », Conférence donnée à la Chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions, Tunis, Bibliothèque nationale, 28 novembre 2008 (Tunisie).
- Quentel J.-C. (2008), « Les sciences humaines en question », Conférence donnée à la Chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions, Tunis, Institut Supérieur des Sciences Humaines, 29 novembre 2008 (Tunisie).

 

Conférencier invité dans des séminaires internationaux

- Quentel J.-C. (2007), « L’enfant n’est pas une personne », Conférence dans le cadre du Collège Européen de philosophie Politique, Bruxelles, 2 juin 2007.
- Quentel J.-C. (2008), « Les sciences humaines et leur actualité », Conférence à l’Unité de psychologie clinique de l’université de Louvain-la-Neuve, 3 mars 2008 (Belgique).
- Quentel J.-C. (2008), « Récit et méthode », Communication au Groupe de contact FNRS en Anthropologie Clinique, Université de Louvain-la-Neuve, 4 mars 2008 (Belgique).

 

Colloques institutionnels internationaux

En tant que conférencier invité
- Ménager, N. (2007), « L’insertion professionnelle à Rennes 2 : Le point d’orgue de toutes les formations dès la première année de licence », Rencontres européennes de l’enseignement supérieur : le défi de l’emploi. Colloque organisé par l’Agence 2E 2F (Agence Europe Education Formation France), Bordeaux, 17-19 octobre 2007.
- Ménager, N. (2008). « Compétences, emploi et enseignement supérieur : la préprofessionnalisation des cursus de licence, in Le défi de la qualité dans l’enseignement supérieur : vers un changement de paradigme », Actes du 25ème congrès de l’AIPU (Association Internationale de Pédagogie Universitaire), Montpellier, 19-22 mai 2008.

 

Colloques institutionnels nationaux

En tant que conférencier invité
- Ménager, N., Gimonet, M. (2008), « Le dispositif de préprofessionnalisation des licences généralistes à l’université Rennes 2 », Comité de suivi de licence, Direction Générale de l’Enseignement Supérieur. Paris le 26 novembre 2008.
- Ménager, N., Gimonet, M. (2010), « Comment une université de LLSHS construit-elle son offre de formation au regard du défi de l’emploi ? », Journée d’études sur les référentiels de licences LLSHS, organisée par la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle. Paris le 14 janvier 2010.

 

Colloques scientifiques nationaux

En tant que conférencier invité
- De Guibert C. (2007), « Dysphasie et imagerie cérébrale. Données actuelles et perspectives », Journée des Centres de Référence pour les Troubles Sévères des Apprentissages, Rennes, CHU, 28 septembre 2007.
- Gaborieau P. (2009), « Quelle spécificité aux troubles de la lecture et l’écriture ? », 3ème Journée du Centre de référence sur le Langage, Les troubles du langage écrit, CHU de Rennes, Rennes 1 (Service de médecine physique et de réadaptation, Département de médecine de l’enfant et de l’adolescent).
- Duval-Gombert A., Le Gac C. (2006), « Le bilan : qu’est ce qui s’y compte ? D’une évaluation chiffrée à une méthodologie d’observation. Journées d’études de la Fédération des Orthophonistes de France (FOF), Entretiens de Bichat, septembre 2006, Paris.
- Quentel J.-C. (2006), « Le psychologue en milieu scolaire confronté aux nouvelles dispositions légales sur l’école », Journée Francilienne de psychologie à l’école, AFPS, Paris, 1° avril 2006.
- Quentel J.-C. (2006), « Pour une déconstruction des troubles du langage chez l’enfant », Journée d’Étude organisée par le Collège de Psychiatrie “Du langage objectivé à l’incertitude des apprentissages”, Brest, 7 avril 2006.
- Quentel J.-C. (2006), « Les dimensions de la parentalité », Conférence, dans le cadre des Rendez-vous de la CAF de la Vienne : Poitiers, 13 juin 2006.
- Quentel J.-C. (2006), « La responsabilité des parents en question », Communication au 6ème Congrès national sur la parentalité, sur le thème “Que veut dire être parent aujourd’hui ?”, organisé par Parentel (22 et 23 juin 2006) : Brest, 22 juin 2006.
- Quentel J.-C. (2006), « Professionnels et parents : de l’importance de la dénomination du trouble », Journée d’étude « L’éducation aux limites du soin », CREAI Poitou-Charentes, La Rochelle, 21 novembre 2006.
- Quentel J.-C. (2006), « Conforter les compétences parentales », Conférence dans le cadre des Rendez-vous régionaux du travail social à l’IRTS : Rennes, 7 décembre 2006.
- Quentel J.-C. (2007), « Au plaisir de la peinture », communication à la Journée d’étude « Peinture en déconstruction » organisée par le département d’Arts Plastiques de l’université de Rennes 2, 8 juin 2007.
- Quentel J.-C. (2007), « L’enfant face aux situations traumatisantes », Communication au Colloque « Violences conjugales : enfants témoins enfants victimes » organisée par l’association Miléna et Eybens Accueil urgence, Grenoble, 25 octobre 2007.
- Quentel J.-C. (2007), « Ce que nous apprend la parentalité empêchée », Journée sur la Parentalité organisée par le pôle pédo-psychiatrie de l’hôpital Le Vinatier, Lyon, 19 novembre 2007.
- Quentel J.-C. (2008), « Pourquoi est-il difficile d’être parent ? », Communication au 7ème Congrès national sur la Parentalité « Qu’en est-il aujourd’hui de la difficulté d’être parent ? », Brest, 5-6 juin 2008.
- Quentel J.-C. (2008), « Langage et sciences humaines », Communication aux Journées d’Étude de la FOF « Science et pratique orthophonique », Paris, 19-20 septembre 2008, le 20 septembre 2008.
- Quentel J.-C. (2008), « Langue et langage à l’épreuve des pathologies chez l’enfant », Communication à la Journée « Quand la langue défaille » organisée par Enfances et psy et l’AFDA à Quimper, le 10 octobre 2008.
- Quentel J.-C. (2009), « La dyslexie en question », Communication à la 3ème Journée d’Etude organisée par le Centre du Langage de Rennes sur « Les troubles du langage écrit » (CHU), Rennes, le 20 novembre 2009.
- Quentel J.-C. (2009), « L’acquisition du langage : apprentissage, imprégnation et appropriation », Communication à la Journée du 16 décembre 2009 sur « L’enfant au quotidien », organisée par le Centre d’Etude et de Recherche en Sciences de l’Education (CERSE), EA 965, Université de Caen.

 

Conférencier dans des manifestations scientifiques nationales

- Quentel J.-C. (2006), « Qu’est-ce qu’un enfant ? », Conférence le 24 janvier 2006, à Lille, dans le cadre du cycle sur L’enfant des “Rendez-vous d’Archimède” (Lille 1).
- Quentel J.-C. (2008), « Petit d’homme ou petit homme : le statut de l’enfant », Conférence à Regards Cliniques, Mayenne, 18 novembre 2008.
- Quentel J.-C. (2007), « L’enfant s’éduque-t-il encore ? », Conférence organisée par le Centre de Ressources Enfance Petite Enfance de Mayenne, Laval, 3 décembre 2007.
- Quentel J.-C. (2009), « Entre désir et responsabilité : les enjeux de la parentalité », Communication à la Journée d’Étude sur « Parentalité des personnes en situation de handicap mental » organisée par le CEFRAS, Angers, 23 juin 2009.

 

Conférencier invité dans des séminaires au niveau national

- Quentel J.-C. (2006), Université de Paris-St Denis, 10 janvier 2006, Conférence au séminaire “L’enfant et l’adolescent dans les sciences humaines”.
- Quentel J.-C. (2009), « Les défis d’une définition de l’enfance », Communication dans le cadre des Séminaires de l’UFR de Philosophie et de Sociologie, Paris-Sorbonne, le 26 novembre 2009.

 

Colloques scientifiques locaux

En tant que conférencier invité
- Gaborieau P. (2007), « Ni langage, ni geste : l’écriture comme produit d’une faculté technique », Séminaire « Clinique » LAS, Rennes 2, 23 mai 2007.
- Gaborieau, P. (2007), « Toute peinture est abstraite : le rapport de production technique et la dialectique représentationnelle » Journée d’études, Laboratoire L’œuvre et l’image, Rennes 2, 8 juin 2007.
- Duval A. (2007), « Olivier Sabouraud et Jean Gagnepain : Une rencontre décisive pour les sciences ». Hommage à deux chercheurs, 13 février 2007, Les Champs Libres, Rennes.

En tant que conférencier
- Duval A., Laisis. J., Belliard S. (2007), Table ronde sur l’interdisciplinarité aphasiologique. La neurologie et les sciences du langage. 13 février 2007, Les Champs Libres, Rennes.

 


 

  L'équipe des enseignants-chercheurs

  Bienvenue au LIRL